1800 km à pied pour un Gollioni

1800 km à pied pour un Gollioni
18 Mar 2017

Tout est parti d’un cadeau: la carte suisse du chemin de St-Jacques de Compostelle qu’Henri Röthlisberger se voit offrir par son fils Marc un jour de Noël 2008. Henri ne le sait pas encore, mais il est à la veille d’une grande aventure. Le fiston propose même à son papa de l’accompagner sur une partie du chemin. Et c’est parti!
Jeudi 9 mars, le Centre paroissial de l’Eglise catholique de Cossonay était plein pour écouter le récit d’Henri. Car il l’a eue, sa grande aventure! Mieux, il l’a « vécue». Comme il le dit lui-même, il y a un avant, un pendant et un après le chemin de St-Jacques. Son voyage extraordinaire de 1800 km commence par une traversée de la Suisse. Il est parfois accompagné de sa famille et parfois seul. Le smartphone en mode avion, pour ne pas être dérangé. Dans son sac à dos, le minimum: pas plus de 10% de son poids corporel. «J’ai fait exprès de prendre 10 kg pour pouvoir en mettre un de plus dans mon sac», ajoute-t-il rigolard.
En chemin, les moments de solitude alternent avec les rencontres. La traversée de notre pays n’est cependant qu’une petite partie du périple car Henri est bien décidé à pousser jusqu’à Santiago et pourquoi pas atteindre le Cap Finisterre face à l’océan. Ultime point du voyage ou les pèlerins brûlent leur chemise.
De son village de Gollion, Henri rallie à pied Figeac en France. De là, il continue jusqu’à Pampelune en Espagne avant d’aller jusqu’à Santiago. lieu du supposé tombeau de Jacques de Zébédée, apôtre de Jésus. Enfin, en compagnie de sa femme Françoise et d’un couple d’amis, il rejoint le Cap Finisterre à pied et en voiture. Ce grand voyage s’est fait en plusieurs étapes sur une durée de sept ans. Les trois étapes les plus longues durèrent un mois chacune. Il en a des choses à raconter, Henri! Tout au long du voyage, il fut accueilli dans des gîtes ou chez l’habitant. Piquant parfois une petite
tête dans l’eau quand une piscine se présentait. Les cloques aux pieds, les habits mouillés et les voisins de chambrée qui ronflent ont fait partie du décor. Mais d’une expérience comme celle-ci, on retient surtout les rencontres, les fêtes entre pèlerins, les paysages magnifiques et une sensation de légèreté et de paix qui vous prend au fil des kilomètres.
Vous souhaitez découvrir le chemin de St-Jacques? Alors ne manquez pas la journée du 20 mai. Organisé par l’association faîtière Chemin de St-Jacques Suisse, ce rendez-vous vous permettra de marcher, en groupe, sur un bout du tronçon suisse. Toutes les infos sur l’association helvétique des Amis du Chemin de Saint Jacques, dont Henri est le président, ainsi que sur cette journée se trouvent sur: www.viajacobi4.ch
ROMAIN MANGE