Gollion, Giron de Chant du Pied du Jura

Gollion, Giron de Chant du Pied du Jura
11 Juin 2018

Une fête sans fausse note

Un soleil généreux et pas l’ombre d’une goutte de pluie en ce premier week-end de juin à Gollion. S’il fallait une preuve que les six chorales ayant participé au Giron de chant du Pied du Jura 2018 ont chanté avec justesse et brio, vous la tenez! Mais c’est le vendredi déjà que les festivités organisées par la société de chœur-mixte locale La Mélodie de Brichy et La Paysanne débutèrent avec l’ouverture du caveau et une répétition des chœurs d’ensemble. Après un jour de pause le samedi, les formations donnèrent de la voix à tour de rôle le dimanche dans le cadre de l’église du village. Celle-ci n’avait d’ailleurs plus vu autant de monde pour le jour du Seigneur depuis bien longtemps! Perchée sur la balustrade, la cheffe de chœur et harpiste Elodie Wulliens est tout ouïe. Elle est l’unique membre du jury et juge les prestations sur le ressenti général. L’émotion transmise, même par la simple présence, la justesse des harmonies et la pose des voix sont au tant de critères d’appréciation: «Il faut rechercher la fusion », explique la musicienne. Mais dans un giron comme celui-ci, il n’est pas question de classement. Chaque chœur reçoit en privé une critique individuelle de l’experte. Notons enfin les nombreux traits d’humour de Roger «papy» Simon qui, en maître de cérémonie facétieux, arrosa de ses Simonades les inter-titres. Chanter c’est bien, mais les gosiers se firent secs en fin de matinée et pour parer à ce mal redoutable, le tour de chant de l’église se poursuivit par un apéro sur la place de la grande salle. Vint ensuite un repas avec la partie officielle. Outre les discours de circonstance, elle permit aux sociétés de monter sur scène pour rechanter et, cette fois, en se mélangeant. Le Giron se termina avec un cortège emmené par Las Tortugas, société de guggenmusik du village. Alors non, pas de pluie sur Gollion, juste des refrains et de jolies émotions.

Texte et photos Romain Mange