Un Traîne-Gourdin à l’assaut du Kilimandjaro

Un Traîne-Gourdin à l’assaut du Kilimandjaro
29 Sep 2018

Salut, je me présente : Mehdi, 24 ans et Traîne-gourdin (surnom des habitants de Cossonay)

Economiste d’entreprise de formation, je suis sur le point de terminer mon service civil en tant que chargé de projet au sein de la Policlinique médicale universitaire à Lausanne. Ces douze mois de travail m’ont permis de m’acquitter de mes obligations envers la Confédération et de mettre quelques sous de côté pour mes futurs projets. Mais je m’égare, car ce n’est pas de mon parcours professionnel dont je souhaite vous parler, mais du parcours que je vais entreprendre.

Direction les neiges éternelles

Comme bien des jeunes après leurs études, le moment de trouver un premier emploi ou un stage arrive à grand pas. Mais avant de me lancer dans la vie professionnelle, j’ai  décidé de profiter de ma jeunesse et du temps, cette ressource si précieuse, que j’ai alors à disposition. Je me suis mis donc à penser, rêver, divaguer. Une seule certitude, je veux voyager! Le moment est idéal, l’occasion à saisir. Sans attache particulière, pas d’appartement à ma charge, tout se met en marche pour que j’entreprenne un périple sur le toit de l’Afrique. C’est décidé, je pars du 27 septembre au 20 octobre  dans le berceau de l’humanité, plus précisément en Tanzanie, pour gravir le Kilimandjaro, le volcan et le sommet le plus haut du continent.

Ascension prévue sur huit jours

L’ascension, prévue sur huit jours  pour des raisons d’acclimatation, est une randonnée de très haute montagne, mais n’est pas pour autant considérée comme de l’alpinisme. Simple sommet pour certains, un défi de la taille d’une montagne pour d’autres. Le «Kili» reste un défi physique et mental conséquent avec son sommet, le pic Uhuru (mot  signifiant liberté en Swahili), culminant à 5985 mètres et privant ses visiteurs de 55% d’oxygène. Tel est donc le prix pour atteindre la liberté. Mais ce n’est pas tout, la route Machame, qui est l’une des six voies pour atteindre le sommet, s’étend sur plus de 62 kilomètres, comportant une traversée dans la jungle, des rochers et un désert alpin. Ce sont alors toutes ces étapes qui vont nous permettre d’atteindre les neiges éternelles. Lorsque je dis «nous», c’est à la fois ma soeur Mélodie, de 18 mois mon aînée, qui  m’accompagne dans ce périple ainsi que… vous! En effet, le Journal de la Région de Cossonay m’offre la belle opportunité de partager avec vous cette aventure au travers de cet article et de mes photos. Photographe amateur, rêveur invétéré, j’ai l’ambition de vous faire voyager par le biais des clichés que je rapporterai de mon voyage et qui seront publiés dans une prochaine édition.

Au coeur du bush africain

Après la rencontre que j’espère couronnée de succès avec les étoiles, il sera temps d’en avoir plein les yeux en partant à la rencontre du célèbre bush africain. Comme pour mon appareil photo, on se fixe un nouvel objectif: observer et photographier les Big Five durant huit jours. Composé du lion, du buffle, du rhinocéros, du léopard et de l’éléphant d’Afrique, ce quintuor dont le patronyme rappelle la corpulence
imposante de ces mammifères, fait référence à la complexité de les trouver ainsi que leur dangerosité pour les amateurs de chasse dans la savane africaine. Notre quête pour les dénicher, au même titre que  les autres espèces peuplant la région, nous emmènera à l’aide d’un guide, d’un 4×4 et d’une tente au sein du plus grand cratère naturel, le Ngorongoro ainsi que dans les plaines sans fin du Serengeti.

L’archipel de Zanzibar

Finalement, après l’effort, le réconfort! Le voyage se terminera sur le blanc du sable fin des plages à l’horizon turquoise du magnifique archipel de Zanzibar. Repos mais aussi mise en éveil de nos papilles gustatives seront au rendez-vous sur l’île aux épices. Après, des étoiles plein les yeux, le sac et la tête remplis de souvenirs, il sera temps de rentrer au pays et de vous raconter en images ce voyage au Kilimandjaro…

Mehdi