Pampigny – Cinq générations d’épiciers

Pampigny – Cinq générations d’épiciers
08 Déc 2019

De nombreux villages doivent enregistrer la perte d’un commerce: poste, café-restaurant, fromagerie ou autres enseignes. À Pampigny, les habitants ont encore à leur disposition le Café Restaurant du Chêne qui cartonne dans la région, une fromagerie qui propose un beau choix de produits laitiers, une boulangerie qui produit de l’excellent pain et un magasin d’alimentation générale, Denner Satellit Pittet, très bien achalandé, qui est tenu par la quatrième et cinquième génération de la même famille.

L’histoire débute vers 1936

Certes, quelques cas dans la région sont beaucoup plus spectaculaires comme les Bovey du Moulin huilerie de Sévery qui y sont propriétaires de leur établissement depuis 1845. Cependant, cinq générations, c’est aussi une évolution spectaculaire depuis la petite épicerie, mercerie, quincaillerie des débuts, jusqu’au magasin d’alimentation en libre-service d’aujourd’hui.

Lorsque l’histoire débute vers 1936, il y a déjà une autre épicerie indépendante et une coopérative rattachée au grand groupe Coop (ces deux enseignes ont fermé depuis de nombreuses années). Ce sont deux soeurs Cottier qui créent le premier magasin. Après quelques années d’exploitation, elles le remettent à leur beau-frère Fernand Pittet. Celui-ci entrera dans la filière du grossiste Usego. La plupart des produits se vendaient en vrac et étaient stockés dans de grands tiroirs. Les autres se trouvaient sur des rayonnages ou dans l’arrière magasin. Les principaux étaient le sucre, le sel, l’huile, le savon, la lessive. Toutes les marchandises étaient délivrées au comptoir. Le tissu se débitait au mètre. Les clous au kilo et on trouvait aussi bien des haches que des habits courants, des aiguilles que des petits râteaux en bois! Le magasin d’alors était une vraie «caverne d’Ali-Baba»!

En 1947, un des fils de Fernand, André, se marie à Rachel Pittet. Il installera une pompe à essence en bordure de son magasin. Il fallait bien sûr sonner pour se faire servir et payer comptant. Dans les années soixante, l’ancienne laiterie, de l’autre côté de la route, est transformée en station d’essence moderne, self-service, délivrant benzine et gasoil.

Il entre dans le giron Denner

Petit à petit, l’assortiment se développe, fruits et légumes font leur apparition et le couple se voit épauler par leur fille Madeleine jusqu’en 1972. À cette date, le commerce est loué à Samuel Rod jusqu’en 1982. En juin de cette année-là, François Pittet, fils d’André, de formation bancaire comme son père, reprend l’exploitation du commerce avec son épouse Elisabeth. En 1987 il prend la décision de moderniser le magasin et d’en faire un libre-service. Après quelques études, il entre dans le giron du discounter Denner avec le concept de Denner Satellit. Dès ce moment, l’assortiment explose et le succès est au rendez-vous. Un dépôt de pain fait son apparition vers 1980.

Ouverture dominicale

Dès 2011, l’ouverture dominicale en matinée booste les ventes en attirant une nombreuse clientèle. Depuis, diverses transformations pour agrandir la surface de vente ont été réalisées à l’intérieur des murs. La dernière, il y a deux mois, a permis d’augmenter un peu la surface de vente et le stockage frigorifique. Une deuxième caisse a aussi pu être installée pour diminuer les queues du dimanche matin.

Depuis septembre 2016, la cinquième génération, soit Marion Pittet, la belle-fille de François, a commencé à se former dans toutes les tâches en vue de la reprise du commerce. Celle-ci devrait intervenir dans une année, lorsque François Pittet prendra sa retraite. «Mais je resterai à disposition pour appuyer Marion!» a assuré François.

Arnold Grandjean