Vivre tout en couleurs

Tous les êtres humains associent certaines couleurs à des émotions spécifiques. Plusieurs études ont ainsi confirmé que le rouge s’utilise dans des contextes à haute tension pour exprimer l’urgence ou la hardiesse. Dans les jungles et les forêts, le vert domine et beaucoup de gens l’associent à des qualités traduisant des côtés bons, sains, paisibles ou écologiques. Par divers aspects, le bleu est synonyme de calme, d’équilibre et de tranquillité. Quant au jaune, couleur du soleil, d’énergie et de vie, il entraîne des pensées positives et du bonheur. C’est peut-être pour ces raisons que deux artistes peintres d’ici, Elizaveta Battagliese et Geneviève Baud, ont exposé dès le 9 janvier quelques-unes de leurs oeuvres chez Sweet Revival, Place du Temple 6 à Cossonay. Vivre en couleurs, malgré cette période de pandémie, s’avère indispensable pour «passer au travers»! L’expo était prévue jusqu’au 28 février, mais hélas, dès le 18 janvier, suite au semi-confinement, les portes de la boutique-galerie sont restées closes. Pour une petite visite virtuelle et personnelle, il est néanmoins possible de contacter Susana Rau, la responsable, au 078 808 18 38.

Résidant à Cossonay depuis plus de 17 ans, maman de trois enfants, passionnée de rénovation de meubles en bois et de décorations artisanales respectueuses de l’environnement, Susana Rau avait décidé de se lancer un nouveau défi en ouvrant le 20 octobre dernier une galerie de meubles et d’objets de décoration. «Ce local m’a ensuite inspirée pour proposer à des créateurs locaux un lieu d’exposition. J’aime l’art et j’avais envie de participer à ma façon à cette activité. L’idée est d’ouvrir au plus grand nombre d’artistes et à des styles différents afin de permettre aux gens de s’évader et de remplir de couleurs tant les yeux que les âmes.» Cette démarche lui paraît essentielle car «l’art, c’est la vie !», explique-t-elle.

«Se lancer en pleine pandémie, pas évident?», lui ai-je demandé. «En toute connaissance de cause, j’ai pesé le pour et le contre, gardant un emploi à côté. Prioritairement, l’objectif est de proposer des tableaux et objets originaux et de mettre en évidence l’artisan local qui travaille dans la qualité.» Donc pas de «made en China» à Sweet Revival, un nom pour lequel Susana a opté après pas mal de recherches! «Je désirais un petit jeu de mots avec mes initiales, mais en français, c’était compliqué. Je suis partie de l’anglais «revival» signifiant renouveau, renaissance, ce qui m’inspirait bien! Après, «sweet» s’est imposé parce qu’une vraie douceur ambiante règne dans ce lieu.

Une histoire d’amitiés

Actuellement, Susana travaille sur des meubles le matin à l’atelier et elle gère la boutique l’après-midi. Cette alternance lui convient bien. «De bons contacts se sont créés et des retours positifs m’ont été transmis. Je me donne deux ans avant de tirer un bilan, mais je suis contente de ce qui s’est déjà réalisé car il s’agit aussi d’une histoire d’amitiés!»

Claude-Alain Monnard