«Après un certain cumul, c’est la goutte qui a fait déborder le vase», commente David Eggimann, qui a démissionné lundi dernier avec effet immédiat de la Municipalité de Daillens. Le municipal en charge de la police des constructions, des bâtiments et des écoles, explique sa décision car il a été attaqué personnellement par une personne ayant fait opposition à une mise à l’enquête. «D’une part, j’ai été blessé par les critiques sévères de cette personne sur un dossier dans lequel le Service technique et l’avocat-conseil était en accord avec ma position, et, d’autre part, par le manque de soutien que j’ai ressenti de la part de mes collègues municipaux.»

Comme M. Eggimann est candidat à sa réélection lors des élections communales du 7 mars, que va-t-il faire en cas d’élection au premier tour (étant donné qu’il y a dix candidats à la Municipalité, on n’imagine pas d’autre scénario qu’une élection à deux tours)? «Une chose est sûre, répond l’intéressé, il n’y pas de stratégie de ma part de ce côté-là. J’assume ma démission, elle suivait une logique personnelle et je n’ai pas tenté un «coup politique». D’ailleurs, depuis lundi, je dors mieux! Cela dit, pour respecter le vote des électrices et électeurs, je ne me prononcerai pas avant les résultats de dimanche prochain. Cela me laisse du temps pour prendre du recul.»

Rappelons que David Eggimann avait été élu en décembre 2018 pour succéder à la municipale démissionnaire Rita Dolci.

Pascal Pellegrino