Penthalaz se dote d’un guide pour remodeler son centre de localité.

Après l’annonce de la démission du conseiller communal Jean-Rémy Marchand (pour cause de déménagement), on est passé directement au «gros morceau » de la séance de l’assemblée délibérante du 22 mars, à savoir le préavis relatif à «l’image directrice du centre de localité». Ce processus a été initié il y a près d’une décennie, en 2012 par un groupe de citoyens. Trois ans après, la Municipalité a mandaté l’association Equiterre pour conduire une démarche participative sous forme d’ateliers avec la population. Il s’agissait d’initier une réflexion sur le devenir d’un périmètre au centre de Penthalaz, s’étendant de l’EMS de la Fondation de la Venoge au Sud-Est au collège du Cheminet au Nord- Ouest.

« Un guide, en somme »

Les résultats de ces ateliers ont été «spatialisés» en trois scénarios d’urbanisme par le bureau Verzone Woods Architectes à Vevey, bureau présent lundi dernier par l’intermédiaire de Cristina Woods, qui a présenté la version finale. «Il ressort la volonté marquée des habitants de Penthalaz d’une tranquillisation du centre par la création d’une zone 20; la maîtrise du trafic lié à l’école; la création d’espaces publics appropriables, végétalisés et de qualité; l’implantation de services et de commerces de proximité; tout comme des continuités piétonnes sur un plus large périmètre.»

D’emblée, il a été précisé que cette «image directrice» est un document réalisé à l’intention de l’autorité communale; elle constitue un instrument de niveau directeur, sans force légale et non contraignant pour les tiers. «C’est en quelque sorte un guide», a résumé Nicolas Meylan, rapporteur unique pour les commissions Mobilité et Urbanisme «deux commissions enthousiastes par rapport au fait que Penthalaz puisse ainsi bénéficier d’une vision à long terme pour son centre-ville»

Du côté des finances, le coût de tels travaux s’élèverait approximativement à un total de 41 millions de francs. Et du côté des étapes de réalisation envisagées, elles seraient divisées en trois phases. Horizon 2024-2025: réalisation des équipements scolaires et sportifs liés à l’ASIVenoge, suppression de la circulation automobile au bas du Cheminet et requalification du carrefour Cheminet-Place Centrale. Puis, horizon 2025-2030: réalisation des nouveaux bâtiments de la Place Centrale, des espaces publics et du parking souterrain; réaménagement de la route de la Gare avec la suppression potentielle du giratoire. Et enfin, horizon 2030-2035: réaménagement de parvis du Verger et de la place de jeux de l’ancien cimetière.

Sur ce périmètre, hors domaine public, la Commune dispose de plus de 25’000 m2 de terrain dans le centre de la localité. Ce qui lui offre une maîtrise foncière favorable au développement d’une vision cohérente et pragmatique de cette portion de territoire. Bien évidemment, c’est important de le rappeler, chaque étape de cette vision d’avenir fera l’objet d’un préavis spécifique, avec ratification du Conseil communal à la clé.

Au final, cette image directrice du centre de localité a séduit le Conseil qui l’a adoptée à l’unanimité, moins une abstention.

L’autre point à l’ordre du jour constituait en une interpellation d’Eloi Contesse (Groupe Socialiste, Verts & Sympathisants). Ce dernier interrogeait la Municipalité sur sa volonté d’adhérer à «la Charte des Jardins», à savoir la prise d’un engagement moral pour favoriser la nature et la biodiversité sur l’espace communal. Une réponse sera apportée lors de la dernière séance de la législature du 14 juin prochain, six jours après l’installation des nouvelles autorités communales (le 8 juin).

Nouvelle ligne de bus

Au chapitre des communications municipales, relevons qu’une nouvelle ligne de bus (TL 58) sera créée en août 2021, à l’occasion de l’ouverture du Gymnase de Bussigny; elle reliera la gare de Bussigny à Cossonay-Ville, via Villars-Ste-Croix, Mex, Vufflens-la-Ville, Penthaz et la gare de Cossonay-Penthalaz. Cette ligne fonctionnera aussi le weekend dès le mois de décembre 2021.

On note aussi les prochaines réouvertures de la piscine (du 13 mai au 20 septembre) et du camping (du 1er avril au 30 septembre). Et enfin, sur le front des travaux débutés le 2 février dans le bas de la Route de la Gare (actuellement fermée à la circulation), ils pourraient se terminer avec deux semaines d’avance à la mi-mai. Le tronçon sera alors rouvert dans les deux sens et les travaux se poursuivront sur la partie supérieure, mais cette fois avec une circulation alternée.

Pascal Pellegrino