Et voilà, il est tout chaud, il est tout beau et on peut enfin le tenir dans les mains! Il s’agit du premier recueil de chroniques de Magali Charlet, qui nous régale avec ses textes dans la chronique Champ de Batoille, en ouverture du cahier Loisirs du Journal de la Région de Cossonay.

Il faut dire que Magali a de qui tenir, puisque sa maman, Micheline, résidant à Gollion, a animé durant de longues années la chronique De ma fenêtre dans nos colonnes sous le pseudonyme «Batoille».

Batoille Junior a tout de suite voulu donner un ton humoristique à cette chronique hebdomadaire et aujourd’hui, on n’est pas peu fiers à la Rédaction de lui consacrer cet article à l’occasion de la parution de «Un peu de la vie et nous dedans», aux éditions de la Maison Rose à Cossonay. Dans ce bouquin, merveilleusement illustré par Ambroise Héritier, on trouve 38 chroniques écrites entre 2016 et 2019 et parues dans nos colonnes.

Une cuisine raffinée

Ce sont des textes intemporels, des bonbons à déguster qui n’ont aucune date de péremption et qui dégagent des saveurs et des plaisirs pas éloignés de la Madeleine de Proust. Prenez «L’adieu à la Micra», «L’art subtil du selfie», «Grrrrrrr», «J’ai un passé, mais je ne m’en sers pas», «Il y a un homme dans ma vie» (ou les 32 autres chroniques du recueil) et vous verrez que Magali fait résonner plein de trucs en nous, car elle a un talent particulier pour décrire ces petites choses invisibles formant le quotidien, auxquelles on ne fait pas attention. Ce qui m’impressionne le plus, c’est qu’elle parvienne à nous faire ressentir que son texte, elle l’a écrit en pensant à nous: elle trouve toujours le détail, le truc imparable qui fait que l’on se reconnaît tout à fait dans la situation qu’elle décrit.

Voilà, à mes yeux, la grande force des chroniques de Magali Charlet: d’un coup de pierre philosophale, elle transforme ses morceaux de vie à elle en morceaux de notre existence à nous.

Parmi celles et ceux qui sont en train de lire ces lignes, il y a les aficionados (et les aficionadultes). Et peut-être qu’il y a vous, Madame ou Monsieur, qui ne connaissez pas bien cette chronique. Un seul mot à toutes et tous: plongez-vous avec délectation dans ce bouquin; c’est une cuisine raffinée, épicée, remarquablement bien assaisonnée, croustillante, piquante, croquante et craquante à la fois… Et en plus, vous allez vous marrer!

Magali aux rayons X

Pour finir, on a voulu passer Magali aux rayons X en lui proposant de répondre de façon concise à notre questionnaire…

Magali, si ton cheval te parlait, que te dirait-il?
Manger herbe. Manger herbe. Galoper vite. Manger herbe. Gratter derrière oreilles.

Des lieux terribles pour toi?
Aéroport. Aire d’autoroute. Centre commercial. File d’attente de plus de trois personnes.

Des femmes qui t’inspirent?
Nos grand-mères. Mes copines. Nadine de Rothschild.

Si ton frigo te parlait, il te dirait?
T’en as pas marre des endives toi?

Des forces de (ton) caractère
Humour. Gratitude. Curiosité. Honnêteté. Courage.

Pas des forces de (ton) caractère…
Endurance. Régulation émotionnelle. Esprit pratique. Discrétion. Patience.

Tes passions?
Faire des listes. Amis. Plantes. Art. Gastronomie. Balades.

Un désintérêt total pour…
Tuning. Ski.

Si ta valise te parlait?
T’as oublié ta brosse à dents.

Comment aimerais-tu mourir?
Dans mon sommeil. De beauté. Chute idiote (avec mort rapide). Volcan.

Et vous, chère lectrice et cher lecteur, que répondriez-vous à ces questions (sur le même principe de concision dans les réponses ou en enrichissant le questionnaire d’autres demandes que vous aimeriez que l’on vous fasse)?

Si ça vous chante, envoyez-nous vos réponses par e-mail à: info@journalcossonay.ch! (et remplacez le cheval de la première question par tout animal qui vous est proche!)

Pascal Pellegrino

«Un peu de la vie et nous dedans», paru le 15 avril aux Éditions de la Maison Rose à Cossonay.
Commandez le livre sur le site: www.lamaisonrose.ch ou par téléphone au 021 803 50 16