Lundi dernier s’est tenue l’ultime séance du Conseil communal de la législature. Dans les communications initiales de la Municipalité, on retient que les 60 ans de la piscine communale ne pourront pas être fêtés lors d’un évènement public (pour les raisons que vous savez). Afin de marquer le coup symboliquement, la Commune va offrir deux entrées à l’ensemble des habitant(e)s né(e)s en 1961. Toujours pour les mêmes raisons que vous savez, la fête du 1er Août sera célébrée sans feu d’artifices, mais avec un spectacle tout public. Précisons enfin que les travaux au restaurant de la Maison de Ville ont débuté lundi et pourraient se terminer en octobre, permettant une réouverture de l’établissement.

Participation de 656’250 Frs

Au chapitre des préavis, tous ont été acceptés. Le premier, à l’unanimité, avait pour objet une demande de crédit de CHF 672’000.- pour la réfection complète de la rue de l’Ancienne-Poste. Le projet comprend notamment: la mise en séparatif d’eaux claires et d’eaux usées; le remplacement du réseau d’eau potable (la conduite actuelle en fonte est centenaire et a connu cinq ruptures depuis seize ans, dont trois depuis 2018); le changement des mâts d’éclairage public et la réfection complète de la chaussée.

On s’y attendait, le préavis suivant – relatif à la demande de crédit d’étude en vue de la réalisation des nouveaux bâtiments scolaires associés au collège du Cheminet (dont une nouvelle salle de gym), en partenariat avec l’ASIVenoge – allait provoquer des discussions. Ce projet d’agrandissement a déjà fait parler de lui au sein des six communes de l’Association scolaire intercommunale de la Venoge (Daillens, Lussery-Villars, Mex, Penthaz, Penthalaz et Vufflens-la-Ville). L’essentiel des critiques tourne autour du montant estimé du projet en l’état, à savoir: 31 mil-lions de francs.

Rappelons que, le 31 mars dernier, le Conseil intercommunal de l’ASIVenoge a accepté par deux voix de différence – «soit à la raclette», a-t-on entendu lundi à Penthalaz – un crédit d’étude de deux millions de francs pour la création de ce projet conséquent. Dès lors, au vu de la Convention qui lie la commune et I’ASIVeno-ge, Penthalaz se devait de mettre au vote sa participation financière à hauteur de CHF 656’250.- (35% des honoraires et frais du crédit d’étude).

Sujet « hautement sensible »

«C’est un sujet d’une grande importance et hautement sensible qui nous est soumis ce soir», a déclaré le rapporteur de la Commission des finances, Bernard Morel. En effet, si le Conseil refusait le préavis, cela aurait rendu les choses beaucoup plus compliquées pour ce projet actuellement dans sa phase d’étude.

Lors de la discussion c’est bien sûr le montant de la facture qui a refroidi les divers intervenant(e)s ayant exprimé leur avis. Cependant, lors du vote, l’assemblée a suivi de façon quasi unanime la recommandation de la Commission avec 37 OUI, un seul NON et quatre abstentions. «Par ce vote aussi net en faveur du préavis, le Conseil de Penthalaz (n.d.l.r.: commune la plus sollicitée financièrement dans cette aventure) a exprimé sa confiance envers le projet et les investissements y relatifs», nous a déclaré le municipal et futur syndic Didier Chapuis. Et d’ajouter: «Je suis très content de ce résultat et de la large place laissée au débat.»

L’agenda est serré

La Municipalité a reconnu toutefois avoir entendu les inquiétudes exprimées sur le coût du projet et va se charger de les transmettre au bureau d’étude lausannois Jean-Baptiste Ferrari & Associes SA de façon qu’il puisse dégager quelques pistes techniques afin de faire des économies. Cela dit, l’agenda est serré: afin de respecter les échéances, tout est mis en œuvre pour que le début d’exploitation du nouveau bâtiment scolaire, du réfectoire et de la salle de gymnastique soit possible dès la rentrée scolaire 2024.

Excédent de 413’205 Frs

Au chapitre des rapports des comptes et de la gestion, l’unanimité a aussi prévalu pour accepter un résultat qui ressemble beaucoup à celui de l’année 2019, avec un excédent de revenus de CHF 413’205.- avant amortissements (produits: 15’426’519.- / charges 15’425’024). «Outre les amortissements et une réserve pour les véhicules, la répartition de l’excédent de revenus nous permet aussi d’aider les institutions hospitalières de notre région, confie la Municipalité. Nous tenons par ces dons à concrétiser et redire nos remerciements aux nombreuses personnes qui se sont retrouvées confrontées aux soins et aux conséquences de cette pandémie.»
Pascal Pellegrino

Légende photo : Fin de mandat pour les municipaux Yvan Rochat (à g.) et Pierre-André Ischi qui entourent Valérie Codina Cervellin pour sa dernière séance en tant que présidente du Conseil