Associé à la joie, à la bonne humeur, au soleil, au bien-être et même à l’idéalisme, le jaune est aussi le symbole de l’amitié et la fraternité. Dès lors, la nouvelle présidente du Grand Conseil ne pouvait pas mieux choisir la couleur de ses vêtements en ce jour du 7 septembre 2021, marquant sa réception officielle par l’ensemble des autorités du canton.

En ces temps de pandémie, les festivités ont été sérieusement limitées en termes de réunions publiques. Du coup, pas de fête populaire possible avec la population. Laurence Cretegny a choisi par conséquent (et pour la première fois de l’histoire) de faire la partie protocolaire au Parlement cantonal à Lausanne afin qu’elle puisse être diffusée en direct sur Internet. Elle a aussi proposé à la population des dates dans son année de présidence afin de recevoir les personnes, qui le souhaitent, au Parlement avec une visite guidée et un moment d’échange avec elle. En cas d’intérêt, ces dates sont sur le site: laurencecretegny.ch.

Avant d’intervenir à la tribune, Mme Cretegny a entendu plusieurs discours rendant hommage, entre autres, à son énergie, à sa jovialité, à son côté solaire et à sa remarquable capacité de travail. Parmi ces discours, on relèvera la plaisanterie de Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’Etat, qui a évoqué un «cluster des Morgien(ne)s» en ce moment à la tête des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, puisqu’elle-même, Laurence Cretegny et Eric Kaltenrieder, président du Tribunal cantonal, sont issus du district de Morges.

Heureuse et émue, la nouvelle présidente s’est dite fière d’être la représentante des Vaudoises et des Vaudois et «tout aussi fière de représenter les Paysannes Vaudoises qui fêtent aujourd’hui le 90e anniversaire de leur association». La première citoyenne du Canton – qui a d’ailleurs été accompagnée durant toute la journée de deux Paysannes Vaudoises dans leur habit du dimanche – n’a pas manqué de rappeler qu’elle est la dixième femme à accéder au perchoir du Grand Conseil et la première de ces dix politiciennes à être issue de la campagne (elle qui vit à Bussy-Chardonney, dont elle a aussi été la syndique durant douze ans).

«Nous sommes un Parlement composé de personnes ayant des sensibilités différentes, des engagements différents; dès lors, il est normal que nous ne nous accordions pas sur tout, a-t-elle déclaré. De plus, nous commençons la dernière année de la législature, une année où chaque députée et député aura à cœur de défendre ses propre opinions de façon plus marquée. Si nous différons, pourtant nous avons des goûts, des travaux qui se ressemblent, un même idéal, ainsi qu’une même foi pour aimer notre pays vaudois. Alors, ne travaillons pas pour nous! Travaillons pour le bien de notre canton et de celles et ceux qui y vivent.»

Buffet campagnard

Après la partie protocolaire, la célébration s’est poursuivie dès 18h30 à Bussy-Chardonney avec un cortège emmené par la fanfare L’Echo du Chêne, suivie par les Milices vaudoises (à cheval pour certain[e]s), puis la nouvelle présidente du Grand Conseil, le Conseil d’Etat in corpore et les invité(e)s, députation et autorités communales en grande partie.

Un apéritif, puis un buffet campagnard, attendait tout ce beau monde à la Ferme aux Cretegny, où l’on a pu notamment entendre les prestations du Chœur mixte L’Avenir de Bussy-Chardonney ainsi qu’un discours de la syndique de Hautemorges Marie-Christine Gilliéron.

Pascal Pellegrino