Ce trajet enchanteur qui nous mène jusqu’aux Rochers-de-Naye

«L’important, ce n’est pas la destination, c’est le voyage!» Difficile de ne pas penser à cette célèbre citation, traditionnellement attribuée à Robert Louis Stevenson, après être monté en train à crémaillère jusqu’aux Rochers-de-Naye, ce majestueux et iconique sommet dominant la baie de Montreux de ses 2’042 mètres d’altitude.

Balade en famille

C’est un but d’expédition hivernale rêvé surtout en famille. Mes trois «fifilles», un couple d’amis, leurs deux fistons et moi en avons fait l’enchanteresse expérience en janvier dernier. Les cinquante minutes que durent ce trajet aller de 10,36 km ne lassent jamais. On s’y trouve comme bercé par le ronronnement de la crémaillère laquelle permet de se jouer doucement de ces pentes vertigineuses depuis 1892 déjà.

Vue plongeante sur le Léman

À chaque mètre d’élévation, le Léman s’offre sous un nouveau jour à nos yeux émerveillés et à ceux de nos chères têtes blondes qui en restent le nez collé contre la vitre de fascination. À chaque virage, un nouvel élément s’invite dans ce panorama époustouflant: le charmant village des Planches et son église Saint-Vincent, ceux de Glion puis de Caux terre de Claude Nobs, l’enfant du pays inventeur du Montreux Jazz Festival qui y résidait…

Au loin, ce sont les Dents-du-Midi, le Mont Blanc ou le Chablais qui annoncent que notre train lui aussi pénètre désormais dans l’univers des montagnes enneigées. La Dent de Jaman apparait alors imposante devant nous. Une succession de tunnels nous mènent ensuite vers la gare d’arrivée et sa petite station de ski.

De là, il reste dix minutes de montée pédestre pour rallier l’antenne signalant le sommet mais surtout pour accéder à une enivrante vue plongeante sur le Léman. «C’est beau!» lâchent malgré eux les enfants.

Gratitude et émerveillement s’entremêlent alors pour déboucher sur ce qui est finalement la plus belle des prières, sortant de ma bouche malgré moi et adressée à on ne sait trop qui dans l’invisible: «Merci!»

Laurent Grabet

Tarifs
L’aller-retour Montreux-Rochers-de-Naye prend deux fois 50 minutes et ne coûte que CHF 35.- pour tous, en hiver que l’on skie une fois sur place ou non. Ce ticket-forfait peut s’acheter aux guichets du MOB en gare de Montreux ou à un automate à l’un des arrêts intermédiaires.

Tunnel
Une fois à la gare d’arrivée des Ro-chers-de-Naye, il est possible de traverser un long tunnel creusé dans la roche et de déboucher dans une pièce avec baie vitrée plantée dans la falaise et donnant sur le Léman. C’est là qu’au Marché de Noël, le Père Noël reçoit les enfants.

Hors piste
La petite station de ski des Rochers-de-Naye ne compte que deux véritables remontées mécaniques (sans compter le train), mais elle propose plusieurs savoureuses options freeride pour les personnes suffisamment à l’aise sur des pentes non damées et non sécurisées.