La partie suisse de l’étape Dole – Lausanne débutera à la Vallée de Joux pour se terminer au vélodrome du chef-lieu vaudois. Bernard Morel a rencontré Bernard Baertschi, qui a conçu le tracé.

Bernard Baertschi, vous êtes responsable des parcours du Tour de Romandie et c’est vous qui avez élaboré le tracé des deux étapes suisses du Tour de France. Comment avez-vous été chargé de cette mission?
– Richard Chassot, le directeur du Tour de Romandie, a des contacts fréquents avec Amaury Sport Organisation (ASO), l’organisateur du Tour de France. Dès lors que les dirigeants d’ASO ont décidé que Lausanne serait ville arrivée et Aigle ville départ le lendemain, ils se sont approchés de Chassot Concept pour que nous leur présentions des propositions de parcours. Et nous nous sommes mis au travail.

Quelles ont été les contraintes imposées par ASO?
– Nous savions que la course allait partir de Dôle et entrer en Suisse par la frontière entre le Bois d’Amont et Le Brassus. Nous avons préparé différents projets et nous avons passé deux journées avec Thierry Gouvenou, responsable des parcours du Tour de France, pour étudier de près la situation sur le terrain. Nous avons envisagé le passage du Marchairuz, mais il n’en a pas voulu, sachant que des cols attendent déjà les coureurs le lendemain entre Aigle et Châtel en France. Le peloton va donc traverser toute la vallée de Joux, laquelle sera complètement bouclée, et franchira le Mollendruz pour se diriger vers Cossonay et Lausanne.

Avez-vous dû prendre contact avec toutes les communes qui vont être traversées?
– Ce travail a été du ressort de la ville de Lausanne, organisatrice de l’arrivée de cette étape. C’est elle qui a demandé toutes les autorisations nécessaires et qui a organisé des séances d’information avec les communes et la gendarmerie.

Bernard Morel