Samedi dernier, lors du passage des coureurs à Cossonay, l’hélicoptère de France 2 a filmé quelques secondes une gigantesque fresque installée sur le Pré-aux-Moines (là même où s’installera l’Expo de Coss dans 92 jours).

Pour réaliser cet impressionnante installation, il a fallu 300 balles de paille, plus de 120 heures de travail, un drone et surtout des bras. «Quand j’ai vu la fresque immortalisée à la TV, j’ai été super ému et fier que la Commune ait démontré sa créativité et son dynamisme», raconte le municipal Philippe Zufferey. L’idée a germé dans sa tête en décembre dernier. Il s’est alors approché de Jean-Claude Challet, agriculteur du cru, qui a accepté sans hésitation de participer à ce projet: «C’est mon village, dit-il en souriant. Quand je peux aider au bon développement de projets parfois un peu fous ou lors des manifestations, je suis très heureux!»

Avant de monter cette fresque d’environ 3600m2, les balles de pailles ont dû être enrubannées. À la ferme de Jean-Claude Challet, ils n’ont pas chômé durant cinq jours. Tous ont mis la main à la pâte. Cet agriculteur n’aurait pas pu réaliser cette œuvre sans l’aide de collègues. Il a dû aller chercher des balles dans plusieurs exploitations dont celles de Jean-Luc Devenoge à Dizy, Jérôme Fuchs à Cuarnens, Pierre Mange à Senarclens et Terrasport à Allens.

Coordonnées GPS à l’hélicoptère

Pour tout ce qui a été de la coordination et de la gestion, ce sont Tania Zito secrétaire municipale et Philippe Zufferey qui s’en sont occupé. Par exemple, ils ont dû donner précisément les coordonnées GPS à l’hélicoptère de France 2.

Lors de la mise en place, les créateurs de cette fresque ont fait appel à Aurélien Despland et sa société Ardiprod pour finaliser le projet sur papier, ainsi que pour mettre des marqueurs au sol afin de disposer au bon endroit les balles rondes, avec l’aide du service technique de Cossonay.

Le drone était également un outil essentiel pour cette opération, piloté par Louis Pidoux. Quant à la société Ardiprod, elle a conçu et posé les bâches avec les illustrations de l’écusson de Cossonay, ainsi que le drapeau français.

Le pari est une vraie réussite

«D’habitude, les moissons sont autour du 20 juillet, on s’est dit qu’on avait de la marge. Eh bien non, on a dû jongler entre la préparation de la fresque et nos champs. Les nuits ont été courtes, mais je suis super content», sourit «l’homme à tout rêves de Cossonay».

Les montages ont commencé jeudi 7 juillet et le démontage s’est effectué lundi passé. Vous ne craigniez pas du vandalisme? «Un agent de sécurité a été mandaté par la Commune pour surveiller la fresque et l’écran géant. Nous n’avons pas eu de souci», répond M. Zufferey.

Les initiateurs de ce projet remercient fortement toutes les personnes déjà citées ici, ainsi que la famille Challet, Armand Chezeaux agriculteur à Cossonay et Pierre Mange pour la mise en place de cette fresque géante. Avant le passage des coureurs, Philippe Zufferey raconte qu’il était stressé. Il surveillait de près l’œuvre et essayait tant bien que mal de disperser les enfants qui jouaient autour avant le survol de l’hélico. Au final, le pari est une vraie réussite. Les deux passionnés sont fiers de ce travail accompli avec brio et ont reçu un tas de commentaires positifs sur les réseaux sociaux… même du Brésil et d’Amérique!

Adeline Hostettler