Gland – La Fête des chanteurs de tout le canton

Gland – La Fête des chanteurs de tout le canton
26 Avr 2019

La Cantonale de 2021 se prépare déjà

Quelque 3000 chanteurs déferleront sur la commune de Gland les 1, 2 et 8, 9 mai 2021 pour la 50e Fête cantonale des chanteurs vaudois. Au moins 400 bénévoles seront nécessaires au bon déroulement de la fête dont le budget est estimé à 700’000 francs.

Pour organiser cet évènement, cinq choeurs de la région La Côte se sont réunis: le choeur du Chêne à Gland, la Récréation à Morges, Chantevigne à Mont-sur-Rolle, le choeur du Léman à Coppet et l’Alouette de Bursins.

Le comité d’organisation, qui s’est formé en 2016 déjà, est présidé par Gérald Cretegny, syndic de Gland et également chanteur. Mais que fait-on dans une telle cantonale? On donne de la voix, bien entendu. Et sur scène, de préférence.  Les sociétés sont invitées à proposer des prestations devant un jury. Elles ont le choix de concourir dans une catégorie ou de se produire librement. Un concours, des notes, un classement, cela ne risque- il pas de décourager ceux qui viennent chanter pour être entre amis, sans pression? Pour Isabelle Loup,  résidente

de Chantevigne et membre du comité de la Cantonale, c’est plutôt une occasion de progresser: «À chaque fois, nous décidons d’y aller, pour stimuler notre choeur. On n’a pas en tête la compétion: l’objectif de faire de notre mieux.»

Alors que la région Morges-Aubonne compte encore un giron des chorales, celui de la région nyonnaise a cessé il y a quelques années. Pas de quoi démotiver le comité. «Oui, nos chorales sont vieillissantes, mais une telle fête peut montrer ce qu’est l’art choral et susciter des vocations», affirme Alain Tzaud, choriste au chœur mixte la Récréation à Morges.

Financements recherchés

«Dans le canton, d’autres girons sont encore très vivants. C’est aussi aux chefs des choeurs de jouer leur rôle social», estime Alain Devallonné, directeur du choeur morgien. Si les organisateurs seront aux petits soins pour les chanteurs, le public hors chorales n’en est pas oublié pour autant. Il pourra assister à toutes les prestations des ensembles, ainsi qu’à diverses animations dans les rues de la ville. «Pour celui qui ne connaît pas l’art choral, ce sera l’occasion de découvrir une ruche qui bourdonne», image Alain Devallonné.

À deux ans de la fête, le comité met déjà toute son énergie dans ce projet. Il cherche les financements nécessaires pour couvrir le budget, estimé à 700 000 francs. Il espère organiser des événements spéciaux, qui restent à définir, pour que cette édition anniversaire reste dans les mémoires.

Laura Lose / La Côte