Châtelaine d’honneur, Annette Schneider a célébré son 89e anniversaire le 21 mars en publiant son deuxième roman!

Après avoir publié le conte «L’étrange mystère» (2018), elle s’est lancé un nouveau défi: raconter des anecdotes de sa vie privée et professionnelle, et retracer l’évolution de la vie politique des femmes vaudoises à travers son vécu.

Conseillée par Laurence Cretegny, syndique de Bussy-Chardonney et députée, Annette Schneider a contacté les éditions de l’Aire qui se sont intéressées au projet. Banco! L’auteure s’est mise au clavier de son ordinateur pour écrire ses 240 pages d’aventures vécues durant un parcours de vie, parfois ensoleillé, parfois ombragé et tortueux (tout en veillant à ne blesser personne).

Retraitée… à 76 ans !

Son histoire débute à Sainte-Croix, où elle est née, puis est perturbée par la Seconde Guerre mondiale, la séparation de ses parents et une vie familiale cahotique, avec un exil temporaire en Italie. Son mariage, la naissance de son fils Jacques en 1967, un divorce compliqué, le déménagement à La Sarraz en 1991, son engagement en faveur du château et bien d’autres moments forts ont marqué la trajectoire de cette femme passionnée et engagée.

Du côté professionnel, elle débute comme secrétaire d’avocat, puis comme co-responsable de l’établissement horticole familial où elle développe sa passion pour les décorations florales. Lors d’une rencontre fortuite avec son copain d’école Olivier Zurbuchen, retrouvé par hasard lors d’une cérémonie funèbre, elle apprend qu’il est en train de transférer son entreprise de Chavannes-près-Renens sur Eclépens, où il recherche une secrétaire. Intéressée, elle entre en 1988 comme collaboratrice dans l’entreprise, où elle a développé l’informatique dans la gestion des projets et commandes, ce qui favorisa certainement le développement de cette firme qui passa des 14 employés du début à 65 lors de son départ en retraite… Une retraite qu’ Annette Schneider ne prit d’ailleurs qu’à 76 ans, tant elle se passionnait pour son travail!

Madame Schneider a été aussi active en politique; elle s’est engagée durant 50 ans ans, envers et contre tous… Si la situation a grandement évolué durant ce demi-siècle, il est intéressant de se rappeler qu’Annette Schneider n’était que la deuxième femme radicale élue au Conseil communal de Chavannes-près-Renens lors de son accession en 1971. Durant ses onze ans d’activités dans cette assemblée délibérante (qu’elle a présidée), elle a réussi à convaincre d’autres femmes à s’intéresser à la vie politique.

Présidente d’arrondissement Ecublens-Colombier, candidate au Grand Conseil, dévouée secrétaire de l’arrondissement La Sarraz-L’Isle, conseillère communale à La Sarraz, active dans 24 campagnes électorales (!), la Radicale a mis ses talents et compétences à disposition de bon nombre d’institutions, devenant même curatrice. Comme femme qui voulait s’engager, a pourtant aussi vécu quelques revers qu’elle retrace avec compassion. Mais Annette Schneider se défend d’être une féministe. Elle n’a voulu que faire avancer la cause des femmes en politique, sans participer à des manifestations, sans extrémisme! Et pour preuve de cela, c’est à un homme qu’elle a demandé d’écrire la préface de son deuxième livre: le conseiller national Olivier Feller.

Livre en souscription

Jouissant d’une bonne santé en général (si l’on fait abstraction de quelques soucis physiques liés à l’âge des artères, et à ce fichu coronavirus qu’elle a fort heureusement réussi à vaincre après dix-huit jours d’hospitalisation), Annette Schneider possède une mémoire exceptionnelle et un cerveau en parfait état, maintenu grâce notamment à des mots fléchés, à la dispense de cours de français, à la lecture et la relecture du journal communal ou encore à la gestion de l’immeuble qu’elle oc-cupe à la rue du Château!

Et bien sûr à l’écriture de ses œuvres, avec un projet de retracer l’histoire de La Sarraz et de sa région, un mandat qui lui a été confié par la Commune.

Pour en revenir à son nouveau livre, «Confession d’une dame du Pays de la Venoge», précisons qu’il est en souscription jusqu’au 31 mars au prix de CHF 20.- l’exemplaire (frais de port en sus): Editions de l’Aire, CP 57, 1800 Vevey – editionaire@bluewin.ch – téléphone 021 923 68 36.

Pierre-Alain Pingoud