Le weekend passé, le village de La Chaux – qui doit fabriquer de la potion magique en secret pour avoir autant d’énergie et de dynamisme – a célébré les vingt ans de La Chaux 2000, association fondée à l’époque par la Municipalité pour organiser des manifestations à l’occasion du changement de millénaire. Une chose est sûre, en deux décennies, cette association sans but lucratif a largement atteint (et merveilleusement dépassé) son objectif de soutenir et de coordonner l’animation communautaire et culturelle du village. Il n’y a qu’à se souvenir de sa dernière et formidable «folie» en août 2019, en collaboration avec l’équipe de The Wall, à savoir le grand concert Woodstock en plein air au Pad-dock. Mythique!

Dans ce weekend de fête, le syndic PascalRossix – pardon, Pascal Rossy – en a profité pour inaugurer le nouveau lieu public du village, à savoir… une plage. «Elle n’est pas faite de sable blanc et de coquillages mais, d’un magnifique amphithéâtre avec des gradins semi-naturels s’ouvrant sur notre fleuve: le Veyron. Si vous pensez: «Mais quel prétentieux ce syndic qui appelle ce petit ruisseau un fleuve», c’est que vous ne connaissez pas notre rivière! Sous ses airs de «petit cours d’eau tranquille», le Veyron peut se transformer, suivant les précipitations ou la forte fonte des neiges sur le Jura en un torrent qui emporte tout sur son passage.»

Fortes crues en 2018

À ce propos, on se souvient qu’au printemps 2018, les fortes crues du Veyron ont érodé ses berges. La salle villageoise a dû être protégée par des mesures d’urgence (à savoir la création d’un caisson de protection pour protéger les fondations du bâtiment).

En aval du pont de la RC 165 le perré (la berge faite de roche et de béton) protégeant le collecteur d’eaux usées a été fortement endommagé. Ici aussi, des mesures d’urgence ont dû être prises. Des travaux urgents ont suivi afin d’éviter que le collecteur se déverse dans la rivière. Et la Commune a profité du projet de renaturation du Veyron pour ce faire.

Le coût total des opérations – CHF 337’778.- – a été pris en charge aux trois quarts par le Canton, La Chaux réglant un quart de la facture (environ CHF 88’000.-).

Le Veyron prend son élan depuis les marais de Ballens pour aller se jeter dans la Venoge quelque 18 km plus bas, à la Tine de Conflens après avoir traversé une dizaine de communes. «Son eau est l’une des plus propres du canton de Vaud, a déclaré le syndic. En 2018, le WWF l’a même répertorié dans les «perles de rivière», soit les cours d’eau les mieux préservés du pays! Notre Veyron s’y classe dans le trio de tête!»

Renaturation avec le Canton

Afin de permettre aux gens d’accéder au lit du Veyron sans à avoir à traverser buissons et orties, la Municipalité a donc souhaité, conjointement avec les services du canton de Vaud, effectuer la renaturation d’un tronçon. «Grâce à notre ancienne syndique, Brigitte Dufour-Fallot, qui a siégé dans une commission cantonale consultative, le rêve est devenu réalité».

Déjà que la place du village était belle, mais là avec cette ouverture naturelle et authentique vers la rivière, avouons que l’on ne peut être que charmé.

La Chaux a désormais une plage et elle n’attend que vous…

Pascal Pellegrino