Le Canton a levé les oppositions, mais les Daillenais ne baissent pas les bras.

Le 27 juin dernier, dans le dossier épineux et sensible du projet de décharge de la Ver-nette, le Conseil communal de Daillens donnait un avis favorable à la proposition de conclure un accord avec le promoteur de ce grand chantier (le groupe Orllati). En revanche, les élu(e)s demandaient que la décision finale appartienne à la population, au moyen d’une votation. Rappelons que cet accord incluait un important dédommagement: le groupe Orllati proposait de remettre sans frais le château du village à la Commune, un bâtiment dont le Conseil avait étudié l’achat il y a quatre ans pour une somme de trois millions de francs, avant d’y renoncer.

889 oppositions levées

Or si Municipalité et Conseil étaient favorables à cet accord, ce ne fut pas le cas de la population qui a clairement rejeté cette solution le 4 septembre dernier: le texte soumis au scrutin a été rejeté par 272 NON contre 162 OUI (taux de participation: 58,4%).

«Le résultat montre bien que les Daillenaises et les Daillenais sont farouchement opposés à l’implantation de cette décharge et ils préfèrent que notre autorité poursuive dans les démarches d’opposition jusqu’au bout de ce qui est possible», constatait alors le syndic Alberto Mocchi. «Dès lors, la Municipalité respectera l’avis de sa population en y consacrant l’énergie et l’argent nécessaire.»

C’est ainsi que, lors du dernier Conseil du 26 septembre, un crédit de CHF 60’000.- a été accordé pour payer les frais de justice destinés à financer ces démarches.

Comme on s’y attendait, le 30 septembre dernier, le Conseil d’État a levé les 889 oppositions formulées lors de la mise à l’enquête publique du plan d’affectation cantonal de la Vernette.

Suite de quoi, un Plan d’affectation cantonal valant permis de construire a été mis en consultation publique jusqu’au 1er novembre notamment aux greffes de Daillens et d’Oulens.

Les personnes souhaitant recourir contre ce document de 198 pages peuvent le faire jusqu’au 1er novembre. «Les chances de succès ne sont pas énormes, mais nous continuons de penser que ce projet n’est pas positif pour le village», explique le syndic Alberto Mocchi. Et de poursuivre: «En plus, nous abritons déjà sur notre territoire ou dans les régions limitrophes des infrastructures générant un certain nombre de nuisance, comme le Centre de tri de La Poste qui engendre du trafic.»

La Commune ira-t-elle jusqu’au Tribunal fédéral ?

La prochaine étape, qui interviendra vraisemblablement dans le courant de l’année prochaine, sera la prise de position de la Cour de droit administratif et public du Tribunal cantonal sur l’ensemble des recours déposés. «Si notre recours n’est pas retenu par cette autorité, nous réétudierons le dossier à ce moment-là afin de déterminer si nous poursuivons ou non nos démarches jusqu’au Tribunal fédéral», conclut l’élu.

Adeline Hostettler


Légende photo : Alberto Mocchi, syndic de Daillens, tenant le Plan d’affectation cantonal valant permis de construire mis en consultation publique à la Maison de Commune. Quiconque peut le feuilleter jusqu’au 1er novembre prochain


Oulens-sous-Echallens – Dédommagement annuel de 150’000 francs

De son côté, la Commune d’Oulens n’a pas fait opposition à ce projet de décharge. «Bien que la Municipalité ne s’est jamais montrée enthousiaste, nous constatons que les demandes d’amélioration du dossier ont été remplies. On considère que ce projet est solide et que nous devons tous faire des efforts en termes de gestion des déchets», avance le syndic Nicolas Croce.

Dans cette commune, le point d’attention se portera sur le trafic routier: «Nous souhaitons garantir la sécurité de nos habitants malgré l’augmentation modérée du trafic induit par la décharge.»

Lors du Conseil général du lundi 3 octobre, la Municipalité a informé l’organe délibérant que la Commune recevra une somme de CHF 150’000.- par année d’exploitation de la décharge de la Vernette. La durée de vie est estimée à une trentaine d’années. «Nous n’aurons que du cash, mais, en termes de valeur, cela équivaut aux divers biens qui avaient été proposés à Daillens», ajoute Nicolas Croce. «Nous obtiendrons déjà CHF 75’000.- dès les premiers travaux, le temps de la mise en œuvre de l’infrastructure». Le groupe Orllati a aussi confirmé qu’il s’engage à mettre à disposition gratuitement des ressources de l’entreprise concernant l’ancienne décharge communale «Au Dégraumillon». Et la Direction générale de l’environnement décidera quels travaux devront être entrepris. «Je rappelle que ces trois points acceptés n’impliquent aucune contrepartie de la Commune», termine le syndic.