Cossonay – Théâtre du PAM – Un plus un, ça fait «Nous»

Cossonay – Théâtre du PAM – Un plus un, ça fait «Nous»
14 Avr 2019

C’est réjouissant quand un plus un, ça fait deux. Pourquoi réjouissant? Parce que le plaisir naît du fait que «deux» est différent des deux unités qui l’on constitué. Trop compliqué? Bon alors par exemple: vous prenez un Lambiel et vous l’ajoutez à un Donnet-Monay. Sur le papier, cette addition est prometteuse: logiquement, si vous aimez le premier autant que le second, leur somme se révélera délicieuse sans le moindre doute. Mais pour qu’elle le soit, il est nécessaire que le produit soit différent, original.

Voilà pourquoi «Nous» est une réussite. L’addition de ces deux humoristes valaisans qui ont eu la présence d’esprit de s’établir tous deux dans le canton de Vaud (soit la région morgienne) fait mouche. Ils ont compris tous deux où se situent les meilleurs vins.

Oups. Je viens de recevoir un SMS d’un cousin germain du district de Martigny qui me somme de supprimer le paragraphe précédent sous peine de me faire retirer illico ma bourgeoisie d’Isérables. Mais c’est pour rigoler, Firmin…

Un spectacle neuf et surprenant

Alors redevenons sérieux. «Nous» est une réussite, car ces deux artistes populaires sont parvenus à concevoir un spectacle qui est truculent, neuf, surprenant. Cela d’autant plus que leurs deux univers sont plutôt opposés, l’un avec sa fougue, son énergie, son sens inné du show et l’autre avec son flegme, son humour noir, son goût de l’absurde et qui culmine quinze centimètres plus haut que son collègue. Au final, on apprécie que chacun de ces deux univers en forme un troisième, que l’on n’attendait pas. Et voilà pourquoi leur spectacle cartonne en Suisse romande: leur «ouane-mane» chaud aboutit à un «tou-mane» bouillonnant d’idées, avec un rythme et une progression qui séduit.

Cerise sur le gâteau, il y a deux émouvantes scènes de chant qui ne sont pas déconnectées des autres où l’on rigole. Résultat jeudi soir 4 avril, lors de la première des deux représentations à Cossonay, le public du Théâtre du Pré-aux-Moines a fait une standing ovation à Yann et Marc.

Yann et Marc, quel beau couple. Ils sont faits pour rire ensemble. On leur suggère dès lors d’enregistrer officiellement leur spectaclariat enregistré. Yann et Marc s’engagent donc à mener une vie de couple sur scène et à assumer l’une envers l’autre les droits et les devoirs découlant du spectaclariat enregistré. Les deux partenaires doivent être capables de discernement. Cependant, le spectaclariat enregistré est prohibé entre deux parents en ligne directe ainsi qu’entre frères et sœurs germains, consanguins ou utérins.

Oups. Yann et Marc sont tous les deux valaisans… Et il paraît qu’ils ont des ancêtres communs au XIVe siècle…

Alors, les garçons, oubliez le spectaclariat enregistré. Continuez à faire l’humour sur scène en concubins artistiques pour notre plus grand plaisir! Ainsi, dans «Nous», vous vous reproduirez les 2, 3, 4, 8, 9 et 10 mai à Hameau Z’Arts à Payerne; les 16-17 mai au Théâtre du Jorat à Mézières; le 18 mai à Fully; les 23 et 24 mai à Château d’Oex et le 28 juin à Roche.

Texte et photo Pascal Pellegrino